Les mains baladeuses

Les mains baladeuses

portrait de Magali Perruchini

Elles courent, elles courent Les Mains Baladeuses sur le clavier de l’ordinateur. Ce joli blog à la plume sensible et au regard bienveillant dresse le portrait d’artisans passionnés par leur métier. Sa fondatrice, Magali Perruchini, nous présente cette perle nouvelle sur la toile.

Qu’est-ce que Les Mains Baladeuses ?

Les Mains Baladeuses est un blog qui met en valeur les personnes qui exercent un métier manuel –  artisans et créateurs – en même temps que la création artisanale. J’ouvre aux lecteurs les portes de leurs ateliers et retrace leurs parcours de vie, en partageant l’univers unique de leurs métiers. Je passe environ quatre heures avec chaque artisan pour m’imprégner de son travail et pouvoir restituer en photos les gestes liés à son savoir-faire.

Comment t’es venue l’idée de ce blog ?

L’idée m’est venue alors que j’étais en balade. Un marchand de barbe à papa confectionnait ses gourmandises, il avait les mains striées de filets roses. J’ai trouvé ça esthétique et c’est ainsi que l’envie de lancer un blog sur le travail de la main est née, il y a maintenant un an. Je pars essentiellement à la rencontre de reconvertis qui ont fait le choix courageux de suivre leurs envies et d’exercer un métier authentique et qui a du sens pour eux. Ce sont ces parcours de vie audacieux que j’ai à coeur de partager.

Comme tu le soulignais, les artisans que tu rencontres sont souvent d’anciens professionnels de bureaux reconvertis dans un métier plus riche de sens. C’est ça, être “artisan de sa vie” ?

Les personnes que je rencontre sont devenues artisans de métier mais sont aussi les artisans de leur vie dans le sens où ils ont décidé de suivre leur propre chemin de vie. Être l’artisan de sa vie signifie, selon moi, être en accord avec soi-même en vivant une vie qui nous ressemble.

À mon sens, cela ne s’applique pas uniquement à nos vies professionnelles, mais également à nos vies personnelles. Mes loisirs et mes relations reflètent-ils ce que je suis ? Est-ce que ce que je vis au quotidien me correspond ? Le meilleur indicateur pour y répondre est de vérifier si cela nous rend heureux.

Ça demande de faire des choix et nous savons tous que ce n’est pas chose aisée ! Les artisans rencontrés ont tourné le dos à des statuts valorisants, des salaires confortables, une sécurité rassurante… et parfois, ils ont du faire face à des regards réprobateurs. Leur point commun après avoir sauté le pas ? Ils se disent tous plus heureux.

Un rockeur ébéniste, un pâtissier à la carrure de rugbyman spécialisé dans la confection de tartes… Comment fais-tu pour découvrir des talents aussi atypiques et inattendus ?

Je les découvre de plusieurs manières. En me baladant dans les rues de Paris, en visitant des salons dédiés à la création artisanale, au gré de pérégrinations sur le web, en lisant… J’ai aussi quelques amis qui font office d’indic’. 😉

Si tu ne devais ne retenir qu’une rencontre dans le cadre de ton blog, laquelle choisirais-tu ?

Question difficile ! Chaque rencontre est marquante. Leur histoire et leur parcours, mais aussi leur philosophie de vie, me permettent à chaque fois de transmettre un message unique. Fred Jourden, ancien directeur marketing, issu d’une famille bourgeoise pour qui il n’était pas question d’exercer un métier manuel, a finalement renoué avec ses amours d’enfant. Aujourd’hui, il customise des motos vintage en ayant créé Blitz Motorcycles avec son acolyte Hugo Jezebel, ancien paysagiste. Il dit avoir “trouvé la liberté en travaillant de ses mains”. Christophe Vasseur, ancien cadre commercial reconnu aujourd’hui comme l’un des meilleurs boulangers de Paris, me disait : “Je fais un métier formidable. Je rends les gens heureux.” Ou encore Sébastien Dumotier, directeur artistique dans la mode devenu pâtissier, nous enseigne que “pour être heureux, il faut être en accord avec soi-même.”

 

Tu as une très belle plume, un certain talent pour la photo… As-tu toi-même les “mains baladeuses” ?

Merci du compliment ! Malheureusement, je ne suis pas du tout quelqu’un de manuel ! C’est peut-être pour cette raison que je rencontre des artisans et des créateurs : pour compenser cette carence ! De ce fait, je suis très admirative de toutes les personnes qui sont douées dans les travaux manuels, en plus d’une créativité certaine.

Quels sont tes projets/souhaits pour le blog ?

Je souhaite ouvrir une nouvelle rubrique “visite d’atelier” avec des textes plus courts et davantage de photos pour montrer les ambiances d’ateliers, et une seconde pour donner des adresses de créateurs où l’on peut acheter du fait-main. Fort de toutes ces leçons de vie que chaque artisan m’a enseignées, je donne une conférence et des ateliers sur la thématique “Comment devenir l’artisan de sa propre vie”. Essayer de vivre sa vie en accord avec soi-même, c’est le message que je souhaite transmettre en valorisant des artisans qui ont osé prendre leur vie “en main”.

 

Merci Magali d’avoir pris le temps répondre aux questions de L’officieux magazine. Retrouvez Les Mains Baladeuses sur le site mais aussi sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

Crédit photos : Les Mains Baladeuses

Adèle

Une rédactrice web parmi tant d’autres, mais pas que. Quand le chat s’en va, je danse, je cours, j’escalade, j’explore, je bouquine “et-je-vais-en-avant”.