Boui-Boui !

Boui-Boui !

Boui-Boui, découvrir le monde… à Paris !

Chloé a 33 ans, originaire du Médoc, elle habite à deux pas de Belleville à Paris, un quartier très cosmopolite, au carrefour de 4 arrondissements et où de nombreuses communautés d’immigrants cohabitent. Chef de projet tourisme, Chloé aime élargir ses horizons, le pesto, vivre en pleine conscience. Elle n’aime pas la critique facile, les abats et rester assise. Si nous vous parlons de Chloé aujourd’hui, c’est qu’elle est un l’origine d’un incroyable projet : c’est la fondatrice de Boui-Boui ! Ce site propose à tous les amateurs de gastronomie de faire un tour du monde culinaire en restant dans la capitale.

Quel est ton parcours ?

A l’issu d’un voyage de classe sur la côte Amalfitaine en Italie, j’ai su que je voulais devenir guide touristique. Ainsi, dès la 4ème, faire découvrir le monde aux gens curieux était mon truc ! C’est pourquoi je me suis plu à apprendre de nombreuses langues, l’anglais – bien sûr – mais aussi l’espagnol puis l’italien. Après un Bac Littéraire, je me suis dirigée naturellement vers un BTS Tourisme et j’ai passé ma carte de guide régional Ile de France. J’ai débuté en bossant pour la Mairie de Paris, je proposais des visites atypiques aux étudiants Erasmus. Après une Licence en Médiation Culturelle où j’ai appris l’ingénierie touristique et me suis confrontée à la bureaucratie française, je suis partie vivre aux Etats-Unis, à San Francisco. Là-bas, j’ai vécu une année sublime, à m’ouvrir aux autres, à comprendre ce que voulais dire « équilibre de vie », à me nourrir différemment. J’ai vécu dans une résidence étudiante internationale où on partageait une cuisine commune. C’était amusant de voir les habitudes de chaque nationalité, les manières de table, les ustensiles ou les horaires de chacun. La cuisine était squattée de 17h à 2h du matin ! C’est là que j’ai compris que la cuisine était un vecteur social et d’intégration. Depuis cela, j’ai travaillé 5 ans pour une boîte qui prônait les échanges culturels à l’étranger. Je donnais l’opportunité à de jeunes adolescents de partir une année scolaire dans un lycée à l’étranger, une immersion totale ! Je me suis éclatée à faire ça et j’ai eu beaucoup de retours positifs. On apprend tellement de soi en se confrontant aux autres, à une autre culture…

Peux-tu présenter Boui-Boui en quelques mots ?

Boui-Boui est un blog qui permet de voyager sans quitter Paris et cela, par le prisme de l’assiette. Boui-Boui c’est l’occasion de découvrir le kaléidoscope de saveurs et de cultures que Paris recèle.

Comment est né ce projet ?

J’étais en recherche d’emploi, réduite à rester devant mon ordinateur mais j’avais soif de rencontres et un immense besoin de voyager, seulement j’étais fauchée. Comme je suis un vrai sac à dos sur pattes, je me suis donc dis, et si je voyageais à Paris avec un simple ticket de métro ? Prendre le temps de errer, de discuter, de se laisser tenter par un resto sans avoir pour autant lu 12 critiques. Juste pousser les portes là où ça me chante, au risque de me tromper. Avec la même naïveté et ouverture d’esprit que j’ai quand je suis en voyage. Paris est une ville qui vibre au rythme de différentes cultures, c’est ça que j’avais envie de montrer. Ces cultures s’expriment au détour de fêtes populaires, d’événements culturels, influençant la vie d’un quartier, la nourrissant de rencontres et de découvertes. Et s’il y a bien un endroit où les saveurs lointaines se retrouvent toutes, ce sont dans nos assiettes ! Du coup, j’ai eu envie de mettre en avant les petits restos : japonais, chinois, espagnols, colombiens mais aussi afghans, italiens ou mauriciens. Côté cuisine, Paris n’a finalement pas de frontières !  Et avec l’engouement qu’on a depuis quelques années pour la cuisine, c’était évident pour moi qu’il fallait que j’axe mes découvertes urbaines et culturelles sur l’aspect FOOD. Goûter les plats d’un pays étranger, c’est un peu mettre un pied là-bas. Commencer à appréhender ses spécificités, ses coutumes, sa culture. Les odeurs nous emportent, les saveurs aussi. On s’intéresse à une recette, à un bouquin qui trainait sur la tablée d’à côté… Alors voilà, j’ai marché et marché dans la capitale pour dégoter les planques à sandwichs du monde, les gargotes métissées et les cantines sans chichis.

Comment choisis-tu les restaurants ?

Je choisis mes restaurants un peu comme un gourmet solitaire. Au gré de mes pérégrinations et de mes envies du moment, je me laisse aller à l’instinct. Parfois c’est mon estomac qui parle, parfois c’est une odeur qui m’invite à pousser la porte.

Quelle est ta cuisine préférée ?

Celle qui est préparée avec le cœur ! Une cuisine simple et généreuse. Mais plus justement celle qui ravive mes papilles voyageuses. Ainsi la cuisine d’Asie du Sud-Est me rappelle de beaux moments avec des supers boui-bouis de bords de route ou sur les marchés.

Quel est ton restaurant préféré ?

Je n’ai pas vraiment de restaurant préféré, ce que j’aime c’est le changement et la découverte. J’ai une cantine thaïlandaise où j’ai l’habitude de me rendre depuis plus de 10 ans. Sans être mon resto préféré, c’est un véritable rituel, une virée gustative en barquettes pour seulement 4 euros !

Comment t’organises-tu pour faire vivre Boui-Boui ?

J’ai des carnets remplis de suggestions de petites adresses, avec une liste de « Must Eat ». Je prépare mon sac à dos, mon appareil photo, mon carnet de croquis et hop, je pars en vadrouille. Je m’astreins à écrire un article par semaine que j’aime éditer le jeudi, tel un petit rendez-vous avec mes lecteurs.

Pour découvrir Boui-Boui et voyager le temps d’un repas au cœur de la capitale, rendez-vous sur ici !

Mille merci à Chloé et Gaëlle !

Fournisseur officiel de plans culturels réguliers depuis 2014.

Facebook Twitter